Lifting des seins Marseille

L’âge, la perte de poids, la grossesse et l’allaitement font que la force de gravité agit sur le sein d’une femme. Cet affaissement, cette flaccidité ou cette chute sont très fréquents au fil des ans dans le cas des seins moyens ou volumineux. Ce problème peut également survenir après une grossesse ou après un allaitement difficile. La possibilité de repositionner les seins à leur emplacement optimal est le but lifting des seins aussi connue comme la mastopexie, une opération réalisée pour élever les seins dans le cas où ils ont décollé (ptose du sein).

Le lifting des seins à Marseille est pratiqué par le spécialiste en chirurgie plastique, reconstructive et esthétique, le Dr. Régis Courbier. Il s’agit d’une technique chirurgicale très reconnaissante dans laquelle les femmes retrouvent confiance en elles-mêmes lorsqu’elles voient leur poitrine rajeunie, avec plus de plénitude, plus de symétrie et ce résultat améliore aussi la silhouette.

En fait, la mastopexie est souvent associée à une augmentation de volume avec les implants mammaires puisque le sein est vide, ou à une mammoplastie de réduction dans les cas où le sein est trop gros. Ainsi, pour le côté esthétique on peut améliorer le décolleté des femmes, dans le premier cas, et obtenir un résultat plus harmonieux et esthétique, dans le second cas.

Opération et récupération

La durée de cette opération dépend beaucoup de chaque cas, mais on peut en dire entre 1 et 2 heures. C’est généralement une intervention peu douloureuse et ambulatoire dans certains cas qui permet une guérison rapide du patient, avec une reprise de la vie active entre 5 et 7 jours plus tard.

En fonction du degré de chute et de flaccidité thoracique, les excès de peau doivent être corrigés par des incisions déguisées au fil du temps, devenant insignifiantes même pour le patient, bien qu’elles nécessitent un traitement de soin simple au cours de la première année. Cependant, ce n’est pas une préoccupation majeure pour les femmes de voir leur poitrine plus esthétique et rajeunie.

Avant l’opération de correction de ptose mammaire : choix de la technique

  • Lorsque la ptôse est peu importante et qu’elle s’associe à une demande d’augmentation de volume, il est parfois possible de la corriger par une simple mise en place d’implants mammaires, avec une rançon cicatricielle minimale (cf. fiche d’information sur les prothèses mammaires)
  • Au-delà d’un certain degré de ptôse, il est nécessaire de réséquer et retendre de la peau ce qui provoque des cicatrices :
  • Le plus souvent, la cicatrice à la forme d’un « T » inversé.
  • En présence d’une ptose mammaire modérée, nous pouvons réaliser une technique dite « verticale » avec une cicatrice péri aréolaire et verticale.

Rarement, il sera possible de ne faire qu’une cicatrice péri aréolaire.

  • Dans tous les cas, il est possible de mettre en place, dans le même temps opératoire, une prothèse mammaire pour redonner au sein un volume satisfaisant.

    L’opération de correction de ptose mammaire

  • Anesthésie générale.
  • Durée opération 1 à 2 h.
  • Des dessins sont pratiques au bloc opératoire sur le sein en position assise avant d’endormir.
  • L’intervention de cure de ptose consiste à décoller la peau de la glande, modeler cette glande et redraper la peau après avoir réséqué la partie excédentaire.
  • Selon le planning préopératoire on pourra dans le même temps réduire légèrement le volume en retirant un peu de glande ou l’augmenter en ajoutant une prothèse mammaire.
  • Les sutures se font au fil résorbable et il n’y a pas de points à retirer.

Après l’opération

En ce qui concerne le postopératoire, c’est très simple, car c’est une opération qui ne fait pas mal. Il suffit de porter un bandage pendant quelques jours et un soutien-gorge de sport pendant un mois. Il est important de ne pas faire de mouvements brusques avec les bras ou de prendre beaucoup de poids.

  • Hospitalisation 1 nuit (sortie en général le lendemain de l’intervention)
  • Si on ne met pas de prothèse (sinon voir chapitre prothèses) :
  • En général les suites sont peu douloureuses et ne nécessitent que des antalgiques simples.
  • Il est possible de mener une vie normale et de conduire au bout de quelques jours.
  • Le premier pansement est retiré au bout de 48 heures et remplacé par un soutien-gorge. Les pansements sont à refaire au Cabinet 1 à 2 fois par semaine pendant 2 à 3 semaines.
  • L’oedème et les ecchymoses disparaissent en 15 jours à 3 semaines.
  • Le résultat sur la forme et sur le volume du sein est acquis au 6e mois postopératoire.
  • Les cicatrices atteignent leur aspect définitif après un à 2 ans.
  • Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 3 à 10 jours.
  • On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.
  • Les suites et éventuelles complications d’une correction de ptose mammaire vous seront détaillées par le Dr COURBIER durant la consultation et dans les documents fournis.
Les résultats de cette technique durent-ils ?

L’effet dure dans le temps, bien que l’hydratation et les soins antigravité généraux, similaires à ceux recommandés pour les femmes n’ayant pas subi de chirurgie, soient recommandés en appliquant un hydratant après la douche et en utilisant un soutien-gorge sans rebord dans la mesure du possible. Bien que la descente mammaire au fil du temps dépende beaucoup des caractéristiques des tissus des femmes et de leur soin, une forme plus arrondie et esthétique est généralement maintenue avec la mastopexie « .

Quels sont les risques de cette technique ?

Les risques ou complications liés à la mastopexie sont peu nombreux, à condition qu’ils soient réalisés par un spécialiste en chirurgie plastique, esthétique et reconstructive qualifié. Il est possible que des complications peuvent survenir dans certains cas, par exemple chez les fumeuses. Chez les patients qui fument, la microcirculation est très altérée, ce qui est responsable de la cicatrisation du sang dans les tissus. Lorsque plusieurs facteurs, tels que la mobilisation importante de tissus à réaliser dans le cadre d’une mastopexie, sont combinés pour maintenir le complexe aréole-mamelon vivant tout en le mobilisant à sa position idéale, si on n’arrête pas la cigarette, le risque de nécrose des tissus augmente de façon exponentielle.

Une femme qui subit une mastopexie peut-elle allaiter ?

La sensibilité du complexe du sein et du mamelon-aréole est affectée au premier stade de la période postopératoire, mais elle récupère généralement en quelques semaines. La capacité d’allaitement ne peut pas être garantie après avoir effectué cette intervention, étant très dépendant de la technique utilisée en fonction du degré de chute et du statut hormonal au cours de la puerpéralité. Chaque cas est un peu différent, parlez-en à votre chirurgien esthétique lors des consultations.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

phpml Engineering