pam

La PAM, véritable « cerise sur le gâteau », est un élément majeur dans l’harmonie esthétique du sein; normalement située au sommet du sein et de dimensions équilibrées, ses anomalies peuvent porter :

 

Sur le mamelon

 

  • TROP GROS (mamelon hypertrophique) : une intervention (éventuellement sous anesthésie locale) permet de réduire son volume et éviter ainsi qu’il ne « pointe sous les Tshirt » ( surtout après mise en place de prothèses ) ;
  • TROP RENTRE (mamelon invaginé) : une intervention (anesthésie locale avec éventuellement neurolept analgésie) permet de faire ressortir la partie enfouie de celui-ci; en cas d’invagination récente il faudra faire une mammographie pour éliminer une tumeur du sein sous jacente.

 

Sur l’aréole

 

  • TROP LARGE, (souvent dans le cadre d’une hypertrophie mammaire ou d’une ptose), une intervention avec cicatrice périaréolaire (associée à d’autres cicatrices en cas d’hypertrophie mammaire) permet de réduire son diamètre ;
  • TROP PETITE, (souvent dans le cadre d’une hypotrophie mammaire), la seule solution sera en général le tatouage;
  • TROP PROTUBERENTE, (entrant dans le cadre des seins tubéreux), l’intervention, très délicate à réaliser, consiste, par une cicatrice périaréolaire, à couper l’anneau fibreux profond qui bride l’aréole et étaler la glande mammaire. Il est parfois nécessaire de mettre une prothèse mammaire.

 

Sur les deux

 

  • PAM TROP BASSE ou EXCENTREE : entrant généralement dans le cadre de la ptose mammaire et justifiant une plastie mammaire, mais parfois isolée et très difficile voire impossible à corriger ;
  • PAM TROP HAUTE : (généralement après réduction mammaire) , quasi impossible à corriger en l’absence d’excès de peau ;
  • PAM ABSENTE ou AMPUTEE par une mastectomie : pouvant bénéficier d’une reconstruction par tatouage ou par greffe de peau (prise sur l’aréole controlatérale en cas d’excès ou au niveau du sillon génitocrural, à la racine de la cuisse).

 

Voir la fiche d'intervention (fiche info SOFCPRE)

 

logo signature-fiche