La dermatochirurgie est le traitement des lésions de la peau  et des tissus sous cutanés.

 

Les lésions les plus fréquentes sont:

 

Les lésions cutanées bénignes

 

NAEVUS

NAEVUS (ou grain de beauté), lésion bénigne mais pouvant parfois dégénérer en mélanome. Leur exérèse peut se faire dans un but purement esthétique ou à visée préventive. Dans le doute, il est important de consulter votre dermatologue qui pourra vous orienter. En effet, la frontière entre les deux types est parfois difficile à apprécier même par le spécialiste et donc à plus forte raison par vous-même. Il faudra se méfier des lésions très noires ou irrégulières.

 

FIBROMES, MOLLUSCUM sont par contre beaucoup moins inquiétants.

 

ANGIOMES, bénins mais parfois très volumineux, bénéficieront plutôt de traitements par laser.

 

XANTHELASMA, dépots de cholestérol au niveau des paupières, justifient une intervention mais les récidives sont fréquentes.

 

Les lésions cutanées malignes

 

EPITHELIOMAS (baso ou spino cellulaire), à suspecter devant toute lésion rouge qui saigne et fait une croute sans cicatriser. Ils sont favorisés par l’exposition au soleil (en général dès l’enfance) et né cessitent une exérèse pour être analysés. Ils débutent souvent par une lésion précancéreuse de KERATOSE qui peut, elle, être brûlée à l’azote liquide par le dermatologue.

 

MELANOMES MALINS beaucoup plus graves et nécessitant une exérèse large (plus ou moins selon leur épaisseur). On les redoutera devant une lésion très noire et irrégulière mais ils peuvent prendre des formes beaucoup plus trompeuses.

 

Les lésions sous cutanées

 

LIPOMES, boules graisseuses recouvertes par une peau saine. Ils peuvent être isolés (parfois très gros et profonds) ou multiples, pouvant être disséminés par dizaines sur tout le corps en cas de lipomatose.

KYSTE 

KYSTES SEBACES, équivalents à de très gros points noirs adhérents à la peau et pouvant s’infecter. Il faudra les opérer en dehors de leur période inflammatoire sinon la récidive sera très fréquente. Ils surviennent en général sur des peaux grasses et sont rarement isolés.

 

LOUPES, équivalentes à un kyste sébacé au niveau du cuir chevelu et souvent multiples.

 

Des centaines d’autres lésions cutanées et sous cutanées existent et justifient une consultation chez un dermatologue.

 

L’opération

 

  • Anesthésie le plus souvent locale sans hospitalisation (en externe), une neuroleptanalgésie, si la lésion est volumineuse, permet de ne pas sentir les piqûres mais nécessite une hospitalisation d’une demi journée (ambulatoire). Rarement, une anesthésie générale sera justifiée.
  • L’opération consiste à enlever la lésion en passant plus ou moins au large selon la gravité. Pour les épithéliomas, une analyse anatomopathologique pendant l’opération (extemporanée) permettra d’être certain de tout avoir enlevé pour essayer d’éviter une récidive précoce.
  • Si la peau est assez souple, la plaie sera suturée simplement, permettant d’obtenir une cicatrice optimale. Parfois, surtout en cas de lésion maligne, il sera nécessaire d’apporter de la peau par une greffe de peau (la peau est prise sur une autre partie du corps et greffée sur la zone où il y avait la tumeur) ou par un lambeau (la peau est prise à côté de la zone d’exérèse mais garde une connection avec ses vaisseaux) et la cicatrice sera plus visible.
  • La cicatrisation va se faire en 4 à 15 jours selon la zone du corps. Plus la lésion est grosse, plus la cicatrice aura tendance à s’élargir.

 

 

grains-de-beaute1

 

 

 

quoteMon avis

Si on ne discute pas le fait que les lésions malignes justifient une exérèse et une surveillance dermatologique à long terme, il faudra bien réfléchir avant d’enlever une lésion bénigne, dont la gène est purement esthétique, à la rançon cicatricielle qui va dépendre de nombreux facteurs qui vous seront exposés lors de la consultation de chirurgie esthétique.

 

Voir la fiche d'intervention (fiche info SOFCPRE)

 

logo signature-fiche