CICATRICE-NORMALE

Obtenir une belle cicatrice est le principal souci des chirurgiens et des patientes. Hélas, si sa longueur est prévisible, sa qualité n’est pas toujours contrôlable et aucun chirurgien honnête ne pourra promettre une cicatrice parfaite sans mentir.

 

La cicatrisation normale

 

Après une intervention chirurgicale, la PLAIE va se recoller au bout d’un temps allant de 3 /4 jours (paupières) à 15/20 jours (tronc et membres), période  au bout de laquelle il sera possible d’enlever les points (s’il ne s’agit pas de points résorbables) : la plaie opératoire s’est alors transformée en CICATRICE.

 

Celle ci va évoluer en plusieurs phases :


Pendant la 1° phase (qui va durer environ 1 mois), la cicatrice est généralement fine et incolore.


Pendant la 2° phase, la cicatrice va commencer à ROUGIR et le restera pendant au moins 6 mois (parfois 1 ou 2 ans). Si normalement cette cicatrice reste fine, elle peut parfois s’élargir ou être en relief (cicatrice HYPERTROPHIQUE).

 

CICATRICE-CHELOIDE

La cicatrice élargie restera large, une cicatrice en relief doit normalement s’aplatir au bout de 8 à 9 mois, sinon il s’agit d’une cicatrice CHELOIDE (pathologique) nécessitant des soins particuliers.

 

Au début, la cicatrice est dure et  colle généralement aux plans profonds (pendant plusieurs mois) pour ensuite s’assouplir et se décoller.

 

Les facteurs influençant la cicatrice

 

Le TABAC : le fait de fumer entraîne une vasoconstriction source d’hypo vascularisation de la zone opérée (surtout s’il y a eu un décollement). Ce défaut de vascularisation peut entraîner une nécrose de la peau qui va nécessiter parfois un geste chirurgical pour enlever l’escarre et entraînera une cicatrisation retardée (parfois plusieurs mois). La cicatrice sera bien entendue beaucoup moins jolie. Il est donc impératif d’arrêter de fumer au minimum 1 mois avant et après toute intervention avec décollement.

 

L’AGE : la période pubertaire est une période où le risque de cicatrice hypertrophique voire chéloïde est plus important.

 

La LOCALISATION : généralement le visage cicatrise assez bien (sauf derrière l’oreille). Le risque de cicatrice chéloïde est plus important au niveau du sternum, des épaules et de la région sus pubienne. Les cicatrices du dos et des zones de flexion des membres ont tendance à s’élargir.

 

La COULEUR DE LA PEAU : les peaux pigmentées noires ont tendance à faire des cicatrices chéloïdes.

 

L’INTERVENTION : si on enlève de la peau (grain de beauté ou lifting abdominal) la cicatrice aura plus tendance à s’élargir qu’une intervention où on incise simplement la peau (lipome profond).

 

Les soins sur la cicatrice

 

Il faudra éviter de tirer sur la cicatrice par des mouvements de traction perpendiculaire à celle-ci.


Il est capital de la COMPRIMER en postopératoire. En chirurgie esthétique cela se fait généralement avec des vêtements compressifs (soutien-gorge ou panty) portés pendant plusieurs mois (tant que la cicatrice a tendance à être en relief).

 

La cicatrice devra également être MASSEE  avec des pommades  afin de la décoller.

 

La compression doit être renforcée par le port de plaques de GEL DE SILICONE à appliquer sur la cicatrice pendant plusieurs mois.

 

En cas de surélévation de la cicatrice (hypertrophique et chéloïde) on pourra être amené à faire des INFILTRATIONS intra cicatricielles de cortisone à partir du 2° mois postopératoire (à répéter éventuellement).

 

Que faire devant une cicatrice ancienne inesthétique?

CICATRICE-INESTHETIQUE

 

Parfois (selon la localisation et le type de peau), il ne sera pas possible d’agir.

 

Dans certains cas, il est possible de DECOLLER chirurgicalement une cicatrice (cicatrice adhérente) ou de la DEBRIDER par une plastie cutanée (cicatrice rétractile) ou exceptionnellement une greffe de peau.

 

Les cicatrices hypertrophiques devront au maximum bénéficier de gestes locaux de prévention par compression (gel de silicone + vêtement compressif).

 

Certaines cicatrices chéloïdes pourront être reprises chirurgicalement. Il faudra alors en postopératoire réaliser des infiltrations et parfois une RADIOTHERAPIE de contact sur la cicatrice, il n’est cependant jamais possible de garantir une absence de récidive de celle-ci (certaines personnes referont des chéloïdes dans 100 %  des cas).

 

Une cicatrice élargie peut être reprise si la peau le permet. En cas de cicatrice dépigmentée il peut être intéressant d’avoir recours à un tatouage.

 

Une cicatrice hyperpigmentée est plus difficile à traiter, certaines crèmes dépigmentantes ou le recours au laser peut parfois les améliorer.

 

Voir la fiche d'intervention  (fiche info SOFCPRE)

 

logo signature-fiche